ON AIR

 

Bientôt sur Nova

« Entreprends sans ruse le voyage de l’énergie de l’univers... »

Hommage à René Char, par le rappeur québécois Yes McCan (Dead Obies).

« Entreprends sans ruse le voyage de l’énergie de l’univers... »

MARDI 21 MARS

« La poésie est pourrie d’épileurs de chenilles, de rétameurs d’échos, de laitiers caressants, de minaudiers fourbus, de visages qui trafiquent du sacré (…) Il serait sain d’incinérer sans retard ces artistes. » Quand on cherche une voix pour clasher les poètes à deux balles, on peut donc compter sur René Char, cité par Albert Camus en personne, qui disait de lui dans la foulée : « Il a été le premier à allumer ce bûcher salubre, ces grands feux d’herbe qui parfument le vent et allument la terre. Char est nouveau. Mais sa superbe nouveauté est ancienne. Elle est celle du soleil à midi, des eaux vives, du couple, du mystère naturel, du pain et du vin, et de la beauté inlassable. »

Alors que l’intégrale de la correspondance entre Char et Camus (étalée sur douze ans, aux doux airs de bromance) ressort en poche, surprise : le rappeur québécois Yes McCan, pilier des Dead Obies, déclare avec panache son admiration pour le recueil Fureur et mystère de René Char, avant d’enchaîner sur un miracle de concision pêché chez Papa Hemingway – une nouvelle en six mots, rien que ça. Un peu avant, vous entendrez l’écrivain Jacky Schwartzmann, lauréat 2016 du Prix de la Page 111 pour le très marrant Mauvais coûts, se souvenir des années où il était « percuté » par la prose d’Assassin. Sans oublier une plongée dans les histoires lugubres de Nick Cave, grâce à la revue La Moitié du Fourbi. Ainsi qu’une absurde comptine anti-Bretons signée du grand Jackie Berroyer qui provoqua, bien malgré lui, un étonnant scandale.

21h Bien le bonsoir.

21h10 Lecture 1 : Asmaa Alghoul avec Sélim Nassib, L’Insoumise de Gaza.

21h30 Interlude : Jacky Schwartzmann, interviewé par Isadora Dartial.

21h40 Lecture 2 : Albert Camus Je voudrais être pour vous le compagnon dont on est sûr, toujours – lettre à René Char du 17 septembre 1957 (tirée de leur Correspondance 1946-1959).

22h00 L'invité spécial : Yes McCan (Dead Obies), interviewé par Jean Morel.

22h10 Lecture 3 : Jackie Berroyer, Parlons peu, parlons de moi (« En Bretagne »).

22h30  Chronique « Lues et revues » : à propos d’Un sang d’encre d’Anthony Poiraudeau, publié dans La Moitié du Fourbi n°5.

22h40 Lecture 4 : Cyril Dion, Demain et après.

22h58 Au revoir.

Photo : David Boily / La Presse.

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut.

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires