ON AIR

 

Bientôt sur Nova

À la dérive avec Bertrand Burgalat

La déambulation dominicale d'Aurélie Sfez.

À la dérive avec Bertrand Burgalat

Ce matin on part à la dérive parisienne, des Batignoles aux Catacombes, avec le compositeur et producteur Bertrand Burgalat. Le fondateur du label Tricatel nous ouvre les portes de son appartement habillé de moquette, de photos de famille et de meubles rétro.

De la cuisine en Formica au piano Schimmel modèle « Barroco » qui trône dans le salon, nous dérivons sur des accords improvisés jusqu’à la gare de Pont Cardinet.

À la dérive avec Bertrand Burgalat, c’est les montagnes russes. Notes à notes, on entre dans son monde et c’est Paris qui se déploie sous nos pieds, du ciel aux entrailles de la capitale.

On quitte l’écrin de son salon de musique et on prend le Transilien, cap au Nord-Ouest et les paysages défilent vers l’esplanade de La Défense. 

Les gratte-ciel de Paris qui font fantasmer Bertrand Burgalat nous tendent les bras et le toit de La Grande Arche devient un océan suspendu. 

Après cette plongée rétro-futuriste, on a virevolté dans le passé du côté underground. Du plus haut au plus bas, on est descendu en apnée dans les Catacombes avec son camarade le réalisateur Benoît Forgeard. À la dérive avec Bertrand Burgalat, sous la terre comme au ciel, c’est musical, patrimonial, et sépulcral. 

L’album de Bertrand Burgalat s’appelle Les choses qu’on ne peut dire à personne (Tricatel).

Si vous hésitez entre l’aile ou la cuisse : http://tricatel.com/site/

Si vous voulez prendre de la hauteur : https://www.lagrandearche.fr

Si vous voulez plonger dans les ténèbres : http://www.catacombes.paris.fr 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires