ON AIR
Share on Facebook Share on Twitter
Ne me quitte pas

Jacques Brel

Ne me quitte pas

Ce mardi on a eu envie pleurer. Peut-être parce que c’est la rentrée, ou peut-être parce que les larmes savent aussi nous faire du bien. Et s’il y a un titre qui nous fait pleurer à coup sûr, c’est bien le « Fourth of July » de Sufjan Stevens - qui résonne comme une lettre d’amour du musicien à sa mère, au-delà de la mort. Triste ? Oui. Mais vous avez eu l’argument imparable : Jacques Brel, et son « Ne Me Quitte Pas » chargé d’émotions. Même s’il y a eu de belles propositions, son interprétation à vif sublime la notion même de tristesse. Alors comme le dit Anne-Barbara Nicco "Voilà voilà."
Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires