ON AIR
Lundi 26 Septembre 2016
En attendant...
Share on Facebook Share on Twitter

Un hôtel futuriste dans le désert

Les espaces vierges et l'architecture, une idylle naissante ?

Un hôtel futuriste dans le désert

En Chine, au beau milieu du désert de Gobi (le plus grand d’Asie), une équipe internationale d’architectes s'attèle à la construction d'un hôtel flottant, le Xiangshawan Desert Lotus Hotel. Sur quoi flotte-t-il ? Sur les dunes, pardi.

PLaTArchitects, l’agence sino-nippo-coréenne à l’origine du projet, a en effet choisi de construire cet écrin de blancheur dans l’un des endroits les plus arides du monde. La structure de l’hôtel a été conçue pour s’adapter à un environnement en perpétuel mouvement. En effet, les dunes sont des formations géologiques superficielles très dynamiques. Au gré du vent et des pluies, elles se déplacent, grossissent, s’érodent… bref, le défi pour les architectes étaient d’abord de stabiliser la structure.

Plutôt que de l’amarrer à des blocs de béton enfouis dans le sous-sol ou d’utiliser des pistons hydrauliques, ils ont opté pour une solution locale et durable : faire reposer la structure circulaire sur des conteneurs de sables mouvants, qui bougent au gré des soubresauts dunaires et accompagnent ainsi la dynamique globale du désert.

La toiture, composée d'une myriade de panneaux triangulaires, est par ailleurs disposée de manière à laisser filer les vents violents du désert et à ménager de salutaires zones d’ombre pour les futurs vacanciers. Par ailleurs, les murs de l’hôtel sont recouverts de sable Made in Gobi pour réduire l’empreinte écologique du bâtiment, sans compter qu’à terme il pourrait être autosuffisant en eau et électricité. Peut-être sera-t-il, à ce titre, relié à la ferme éolienne actuellement en construction dans le désert sous l’impulsion de la fondation japonaise DESERTEC.

En définitive, ce projet architectural dont la livraison finale est prévue pour le mois de mars a tout pour plaire, même si à l’instar du webzine GOOD on peut s’interroger sur l’opportunité de coloniser les derniers espaces vierges de la planète. On sait par ailleurs qu’aucune activité humaine ne saurait avoir une empreinte écologique totalement nulle. 

L’agence a pourtant beaucoup d’autres projets en attente : dans la même veine désertique, la “Sand Bay cableway station” est un ambitieux projet de gare de téléphérique à l’architecture fractale – et à l’utilité incertaine. 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
Arts
Seydou Keïta : portraits d'une époque
Mercredi 30 mars 2016
Elégance et précision du photographe malien au Grand Palais.
Arts
Le Chaman, cet inconnu ...
Mardi 22 mars 2016
Si loin et si près de nous.
Musique
Quand Google Maps devient cubiste
Vendredi 19 février 2016
Bizarreries digitales.
1
Société
Les rêveurs du metro
Vendredi 19 février 2016
A New York, une photographe a immortalisé le sommeil des voyageurs.
1
Société
Les chambres d'ados des 90's
Lundi 08 février 2016
Symboles de la décennie par essence.
Société
Immersion chez les fanatiques de Donald Trump
Jeudi 04 février 2016
A quoi ressemblent ses plus fervents supporters ?
1
Arts
Hydropathes & Bellastock présentent Superstock @ Bobigny
Mercredi 06 juillet 2016
Acte II au Canal de l’Ourcq ce week-end !
Société
Le guide Nova de Tokyo
Vendredi 29 avril 2016
Le meilleur de la semaine japonaise de la Nouvelle Internationale
Arts
Studio Ghibii anime le plus vieux manga du monde
Vendredi 18 mars 2016
Une animation d'un dessin datant du XIIème siècle.
Arts
"Je danse parce que je me méfie des mots" @ Suresnes
Lundi 07 mars 2016
Un spectacle de Kaori Ito au théâtre de Suresnes Jean Vilar les 8 et 9 mars.
Arts
Exposition Red XV @ Paris
Jeudi 21 janvier 2016
Vernissage le 28 janvier et expo jusqu’au 10 février aux Ateliers (Paris 2e).
1
Musique
De quoi la City Pop est elle le nom ?
Mardi 12 janvier 2016
Explorons la funk urbaine et synthétique japonaise.
Société
Le guide Nova de la Chine
Vendredi 08 janvier 2016
Le meilleur de la nouvelle internationale à Harbin !