ON AIR
Share on Facebook Share on Twitter

L'univers hanté des hôpitaux psychiatriques désaffectés

Entrée photographique dans ces asiles de la mémoire.

L'univers hanté des hôpitaux psychiatriques désaffectés

Parfois quatre murs ou des vestiges content davantage que de grands récits. Surtout quand ces murs sont fait pour dissimuler des existences, pour les extraire au monde, les capitonner quelque part. Des murs qui enferment l'antithèse de ces grands récits, mais des sommes de petites histoires, celles de patients dans des asiles psychiatriques.

Ce sont ces histoires de ces oubliés que l'on devine au travers des photographies de Christopher Payne, féru d'architecture. Dans sa série intitulée Asylum, il parcourt les États-Unis en quête d'hôpitaux psychiatriques aujourd'hui désaffectés. « Des complexes impressionnants et autonomes qui ont fourni un refuge mais ont également fonctionné comme des usines humaines » avance le photographe.

Ce sont ces fantômes du passé que les clichés de Christopher Payne mettent presque en lumière.

Pour découvrir ses travaux cliquez sur le diaporama, vous pouvez aussi consulter son site web.

Toutes les photos : © Christopher Payne

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
8
Société
Les vestiges hantés des J.O. de Sarajevo
Vendredi 28 avril 2017
Décors sinistres d'infrastructures abandonnées.
Livres
Musique des Indiens d’Amérique : aux origines du chant et de la danse
Lundi 10 avril 2017
La danse, avant l'arrivée de nos civilisations.
Arts
Être punk à Belfast dans les années 90
Lundi 03 avril 2017
Par le photographe Ricky Adam.
1
Arts
Afriques Capitales, l'Afrique par la ville
Samedi 25 mars 2017
Un petit aperçu de la sublime expo à La Villette.
Société
Des photos de vieilles dames qui fument
Mardi 21 mars 2017
Ou le punk à 80 ans.
#_!!@?\
Les sublimes photos ratées de la mission Apollo 11
Mercredi 15 mars 2017
Pousse ton doigt qu'on voit la Terre.
Arts
Comment le hip-hop est né des cendres du Bronx
Mardi 14 mars 2017
Une série photographique de Ricky Flores.