ON AIR
En + grand
Cinéma

Quand Hollywood était allemand !

La vague glamour paradoxale.

Quand Hollywood était allemand !

On se plaint à juste titre de six ou sept décennies de culture américaine, qui envahit nos cinémas, télés, magazines, transformant notre vieille Europe en colonie culturelle étasunienne, depuis 1945 ! Mais ce qui nuance ce propos, c’est que l’Amérique elle-même a connu de grandes invasions : française, de la Nouvelle-Orléans au Canada, dés leur indépendance, puis des vagues  suédoises, anglaises, italiennes, irlandaises et bien sur la British Invasion des sixties, puis les latinos…

Dès l’entre-deux-guerres, ce sont les immigrés d’Europe qui ont afflué de chaque pays, et concernant la culture, il suffit d’une guirlande de noms pour réaliser l’apport allemand, surtout en matière de cinéma.

Carl Laemmle, au tout début du siècle, le futur créateur des studios Universal, se lance dans les nickelodeons, cinoches permanents à pièces, lançant Harold Lloyd, Lon Chaney, Mary Pickford, John Ford et surtout son compatriote Eric Von Stroheim, le prussien inimitable, en jodhpur et monocle, véritable ambassadeur à l’allemande…Son bras droit, Irving Thalberg, allemand comme lui, deviendra un producteur ultra-célèbre et tout-puissant.

Mais ce hors-d’œuvre nous mène droit à des personnages comme Fritz Lang et ses films policiers (Docteur Mabuse, M le maudit…), eux-mêmes inspirés de l’expressionnisme allemand, vont marquer à jamais les films noirs américains…

Marlene Dietrich : stricte et glamour

Pour frapper fort : Marlene Dietrich, l’irrésistible. La parfaite allemande, stricte, glamour, apportant à Hollywood un touche de classe nouvelle, à la fois stricte et légèrement décadente.

Formée par Josef Von Sternberg, Marlène a incarné la lumière, la perfection de l’élégance, de la beauté, mais aussi d’une humanité réelle. Et Von Sternberg a véritablement établi un style noir et blanc parfait, argenté et magique, auréolant les stars d’un halo devenu un modèle hollywoodien.

Quant à Billy Wilder, encore un pur Allemand en fuite comme tant d’autres, devant la montée du fascisme, il a écrit puis réalisé les comédies les plus brillantes, raffinées, humoristiques et  typiquement américaines ! Certains l’aiment chaud, avec Jack Lemmon, Tony Curtis et Marylin Monroe, reste un modèle du genre, indépassable.

Il avait débuté avec un certain Ernst Lubitsch, autre immigré allemand, arrivé en 1922, réclamé par l’industrie du cinéma. Grand réalisateur, il fera jouer le tout-Hollywood : de James Stewart à Gary Cooper, de Carole Lombard à Gene Tierney. On lui doit Ninotchka avec Garbo ou To be or not to be, superbe comédie d’une troupe de théâtre chez les nazis, devenue un classique. Et le discret Wilhelm, Dieterle , qui avait déjà fait tourner en Allemagne Marlene et joué pour le Faust de Murnau, sa filmographie américaine est impressionnante, avec des dizaines de films importants.

De toute façon, le cinéma allemand était au zénith, des réalisateurs magiques comme Murnau, Pabst étaient  des modèles. Lorsque ce dernier fit tourner Louise Brooks dans  Loulou, elle est starisée à vie.

En plus ces Allemands ont choisi : bien que de culture allemande, berlinoise, viennoise, urbaine, excellents en théâtre, music-hall, cabaret, ils aiment l’Amérique, lui sont fidèles, la représente avec talent (on dit que pendant la guerre, Marlene Dietrich a passé plus de temps sur le front qu’Eisenhower lui-même, au théâtre aux armées et au soutien des soldats).

De Preminger...à Schwarzenegger

On pourrait citer Otto Preminger, qui tourna des classiques avec Sinatra (L’homme au bras d’or), Dorothy Dandridge (Carmen Jones) ou La rivière sans retour avec Mitchum et Monroe…Je pourrais continuer jusqu’à Wim Wenders, Arnold Schwarzenegger ou Diane Kruger…Mais ce qui importe c’est leur rigueur, leur discipline, leur professionnalisme, et leur indéniable humanité romantique, forte, affirmée à l’extrême dans un style héroïque, dramatique, prenant, contrasté, justement expressionnisme, dont Hollywood hérita.

Voilà pour ce paradoxe oublié et le glamour allemand. Une autre fois, je vous parlerai des hongrois d’Hollywood, d’André de Toth, grand aventurier et réalisateur génial, aux sœurs Gabor, pures stars fifties.

Visuel : (c) Wikipédia, Creative Commons, NBC Radio

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
2
Musique
Les sonorités tropicales dans les prod’ allemandes des 80's
Mardi 29 août 2017
Dans une compilation, « Tropical Drums of Deutschland ».
Musique
Le son de Francfort dans les 80’s en un mix
Lundi 10 juillet 2017
Par le producteur allemand Heiko MSO.
1
Musique
Comment ça les allemands n'ont pas le groove ?
Jeudi 23 mars 2017
Le funk qui fait bouger le booty de Merkel.
68
Cinéma
LE TEMPS DES REVES : ANARCHY IN GERMANY.
Mardi 02 février 2016
La chronique mouvementée de cinq potes dans l’Allemagne apprenant à retrouver ses marques après la chute du Mur de Berlin, est aussi celle des désillusions de la premiere génération techno. Flash-back avec son réalisateur, Andreas Dresen.
1
Cinéma
Les V.U. Font Leur Cinéma ! @ Bordeaux.
Jeudi 01 octobre 2015
Double projo Hip Hop et Sk8 @ Cinéma Jean Eustache, Pessac, mardi 20 octobre.
Musique
"Give'n'Take", le vinyle à emporter partout
Mercredi 01 juillet 2015
"Give'n'Take", le vinyle à emporter partout.
Cinéma
Regard cinéphile sur l'Allemagne
Mardi 07 octobre 2014
Le Festival du Film Allemand commence dès demain à Paris !
#_!!@?\
L’ONU s’inquiète d’un fracture numérique croissante
Mardi 19 septembre 2017
Inégalités et bande passante.
Société
Et si le son devenait une arme de guerre ?
Mardi 19 septembre 2017
Il se passe des trucs bizarres à Cuba.
Société
Olivier Besancenot : « l'année 1917 exprime bien l'idée de Révolution »
Mardi 19 septembre 2017
« Que faire de 1917 » ? Olivier Besancenot propose une relecture de la révolution russe.
Société
Retour en son et en image sur le Festival Bread & Butter à Berlin
Vendredi 15 septembre 2017
C’était bien.
Cinéma
Cycle « Les incassables » @ Paris
Lundi 18 septembre 2017
Du 20 septembre à la fin de l'année au Forum des Images, des personnages qui plient mais ne rompent pas
Cinéma
Reprise de l'ACID 2017 @ Paris (et ailleurs)
Lundi 18 septembre 2017
Revivez la programmation de l'ACID cannoise 2017 jusqu'en octobre
Cinéma
Home, de Fien Troch
Mardi 12 septembre 2017
Jeunesse bancale et dramatique en salle mercredi 13 septembre 2017
Cinéma
Paris Surf & Skate Film Festival 2017 @ Paris
Mardi 12 septembre 2017
Acrobaties à l'écran au cinéma Étoile Lilas du 21 au 24 septembre
Cinéma
Freaksplotation : le cirque du martketing ?
Mardi 12 septembre 2017
« Terreur à Tiny Town » et « Chained for life » ressortent en DVD.