ON AIR
En + grand
#_!!@?\

Silicon Valley et extrême droite préparent la guerre

Donald et Kim Jong-un peuvent aller se rhabiller.

Silicon Valley et extrême droite préparent la guerre

Tout a commencé avec un charmant rapport. Un mémo interne destiné aux cadres de Google. Un éclair de lucidité, dix pages pleines de bonnes intentions, une recommandation rédigée avec amour par James Damore, ingénieur, et depuis licencié de l’entreprise. 

Il y expliquait que la politique de Google visant à encourager la diversité et à réduire les écarts femmes-hommes dans l’entreprise se basait sur une vision « gauchiste » et biaisée de l’Humanité, plutôt que sur la science. Elle s’apparenterait donc à de la discrimination.

Pour commencer, une bonne dose de sexisme

« La gauche a tendance à nier les faits scientifiques, notamment les différences biologiques entre les personnes (c’est à dire le QI et les différences sexuelles) », écrit-il. La biologie, elle, démontre selon lui que les femmes, sont plus adaptées au relationnel qu’au code ou aux postes de leadership. Il ne faudrait donc pas les encourager à aller dans cette voie, sous peine de leur donner de faux espoirs (et de dérégler l’ordre mondial). Parce qu’elles sont plus sujettes au stress et à l’anxiété, parce qu’elles ont besoin d’un équilibre entre vie professionnelle et familiale (comprenez, elles vont bien tomber enceintes à un moment ou à un autre), les femmes seraient moins aptes à occuper des postes à responsabilité.

Parce qu’elles sont plus aimables que les hommes, elles négocieraient moins leurs salaires (ce qui est, bien évidemment, l’explication à l’écart faramineux des rémunérations, que Damore qualifie de « mythe »). Enfin, parce qu’elles fonctionnent à l’affect et non à la logique, elles ne devraient pas être encouragées à coder. En bref, une leçon de sexisme en bonne et due forme, émanant des entrailles du géant Google.

L’entreprise n’a pas réfléchi à deux fois avant de licencier l’ingénieur. Le CEO de Google, Sundar Pichai, écrivait alors: « Suggérer que certains de nos collègues possèdent des caractéristiques qui les rendent moins aptes biologiquement au travail est insultant, et ce n’est pas cautionné. »

Puis, consolider les troupes

Comme le relate le New York Times, dès l’annonce du licenciement de Damore, des articles en soutien au jeune ingénieur se sont multipliés sur les sites d’extrême droite. Pour l’alt-right américaine, cet épisode n’est qu’une énième manifestation de la bien-pensance et de la politique libérale en Silicon Valley. Breitbart, le site d’extrême droite fondé par Steve Bannon (le conseiller en stratégie de Donald Trump) évoquait une « blacklist » sur laquelle se trouverait désormais James Damore.  

Très vite, Damore est d’ailleurs allé se réfugier au sein de cette communauté qui l’accueillait à bras ouverts, et qui elle, sait apprécier correctement son sexisme et ses positions conservatrices. Il donnait le 8 août dernier sa première interview au youtubeur masculiniste Stephane Molyneux.

Enfin, déclarer la guerre

La bataille avait déjà commencé. Depuis l’élection de Donald Trump, nombre d’acteurs majeurs de la Silicon Valley ont pris position contre une politique discriminatoire, islamophobe, sexiste, transphobe, raciste, et on en passe. De Airbnb proposant des logements aux victimes du Muslim Ban, à Facebook se prononçant contre la sortie de l’Accord de Paris sur le climat. Paypal, a aussi gelé plusieurs cagnottes affiliées à l’extrême droite - y compris en France, celle de Génération Identitaire

La démarche est purement politique. Ces entreprises se réservent le droit de refuser de soutenir des démarches qui ne correspondent pas à leurs valeurs. Des valeurs qui se veulent souvent humanistes, basées sur la diversité et la vie en communauté, pour préserver leur image. Car c’est bien là qu’est l’enjeu. Google a engagé et employé James Damore sans aucun problème jusqu’à ce que ses positions politiques deviennent publiques. L’équilibre de la Silicon Valley repose sur une sorte de « Don’t Ask don’t tell ». Pourtant, selon Motherboard, les opinions de Damore sont largement partagées au sein de Google. Et après une multiplication de scandales, le sexisme au sein de la Silicon Valley n’est plus un secret.  

La bataille pour l’égalité et la diversité se mène désormais au corps-à-corps avec des activistes d’extrême droite. Décomplexés par un Président à leur image, ils prennent conscience de la puissance qui est la leur sur les plateformes de ces entreprises. Twitter, Facebook, Youtube... Toutes comportent une large communauté d’extrême droite, qui les utilise pour consolider leur base, récolter de l’argent et organiser des événements. En surface, leurs opinions politiques en font des parias, en réalité, le traffic généré sur ces réseaux leur offre un moyen de pression et un porte-voix qu’ils n’ont jamais eu auparavant. 

Certains activistes se sont d'ailleurs attelés à créer des réseaux sociaux dédiés à leurs causes, et des plateformes de crowdfunding où ils sont sûrs de ne pas être entravés. « Il y a une forme de justice poétique dans l’atl-right, lit-on dans le New York Times, alors que ce mouvement politique né d’internet se retourne contre les entreprises qui lui ont permis d’exister au départ. » Reste encore à savoir si l’on se dirige vers un web alternatif, construit par et pour l’extrême droite. Et quelle sera la riposte de la Silicon Valley. 

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
Musique
Aujourd’hui, Google vous apprend à mixer avec un tuto virtuel
Vendredi 11 août 2017
Pour l’anniversaire d’une block party organisée par Dj Kool Herc.
Musique
Un mixtape d’ "Acid Kuduro" par Tyler Pope d’LCD Soundsystem
Mardi 08 août 2017
La rencontre du Kuduro et de l'acid house.
1
Musique
Le Tempo Latino vu de l'intérieur !
Jeudi 27 juillet 2017
Toute l'Amérique latine et encore plus depuis Vic-Fezensac.
Livres
À Marseille, le rock
Mercredi 26 juillet 2017
Vingt ans d’aventures emportées par le temps...
Société
Ce sera comment Montréal dans 375 ans ?
Lundi 24 juillet 2017
Armel Hemme a posé la question à ceux qui façonnent Montréal.
Musique
La techno underground new-yorkaise à Ivry
Jeudi 20 juillet 2017
C’est samedi, dans une friche encore tenue secrète.
Société
Le gouvernement rabote les aides attribuées aux droits des femmes
Jeudi 20 juillet 2017
C'était déjà l'un des plus petits budgets de l'État.
#_!!@?\
La radio fantôme russe qui émet toute seule depuis 1982
Vendredi 18 août 2017
Personne ne sait à qui elle appartient.
#_!!@?\
Il y a maintenant des applications pour « interagir avec votre ADN »
Mercredi 02 août 2017
Pour savoir si vous avez de la loyauté dans votre DNA.
#_!!@?\
En 1995, un astronome prévoyait déjà les dérives d'internet
Mercredi 02 août 2017
Évidemment, ça faisait rigoler tout le monde.
1
#_!!@?\
C'est de la merde !
Mardi 25 juillet 2017
Une expression bien française.