ON AIR
En musique
Livres

The Cure : gothiques cools

Garçons sensibles et imaginatifs

The Cure : gothiques cools

Avec The Cure, on touche à un groupe à part, à un mouvement d’ados sensibles et décalés, mais aussi à un combo aux sonorités envoutantes, aux mélodies marquantes. Cure, les rois du « climat ».

Corbeaux noirs

Leur look de corbeaux noirs, post gothiques, un peu raté, m’avait bloqué façon Indochine…Au début, ils se sont beaucoup cherchés, comme Depeche Mode, dans un style new-wave assez garçon coiffeur, et qui leur valu bien des vannes de drogués, habillés dans une poubelle et autre finesse sur leur identité sexuelle…

Très anglaise, cette identité de « look » puis d’attitude qui font un groupe pop ou rock. Finalement, les chiffons noirs, les manteaux longs, les coupes de freaks hiboux, crêpés à la laque, leur ont réussi. Mecs à part.

Seventeen Secunds ou Faith, deux albums tristes, atmosphériques, pluie et vitres mouillées sur la pochette, et des envolées de guitares cristallines parfaites franchissant les cieux de l’adolescence prolongée et nostalgique, mais le tout parfaitement dominé et contrôlé par un excellent groupe.

Le livre de Lol Tolhurst, ex batteur, puis clavier jusqu’en 1988 (autant dire longtemps), intitulé Cured. Two imaginary Boys, chez Le Mot et Le Reste, est à part, écrit par un membre rejeté (puis récupéré 10 ans plus tard). Récit d’une peine, d’une désintoxication…

L’éternelle histoire des potes d’enfance, du succès grisant, des anecdotes de tournées, puis la fatigue, la dope, le divorce ou split fatal et les procès nuls et ruineux jusqu’au bout de la haine. 

Mais avec ce témoignage triste et vrai, on se souvient de ces gars de la banlieue sud de Londres (Crawley), et des surprises qu’ils ont réussi à créer, au milieu d’un tsunami de groupes excités, puis de leur solidité, de leur durée, et des concerts réussis, envoûtant des foules de fans. 

C’est l’histoire parfaite des modes : venant de partout et de nulle part, d’une alchimie entre quelques garçons, puis de l’inspiration d’un leader (Robert Smith), symbolique, représentatif d’une inspiration commune et décalée.

Avec le 3e volet de Pornography, avec le livre de Camus, L'Etranger, dont ils tirent un titre scandale Killing an arab, on vit pointer la provoc et la culture punk, la maturité pour ces ados romantiques ?

En réalité Cure restait Cure, mais le succès rend imprudent, ou trop culotté et ces Anglais gauchistes, altermondialistes et banlieusards devaient rester proches de leur public, représentatifs de leur frange et finalement forts de leur position unique sur la  brillante scène british. 

Avec Cure, émotion, ressenti, amitié… et un idéalisme peut-être un peu court, mais nourri d’originalité, et surtout de l’excentricité british à laquelle on pardonne beaucoup car, une fois encore, les morceaux sont bons, et les albums vraiment attachants, mélodiques, avec basse et batterie parfaites pour laisser décoller des guitares sorties de nulle part, « atmosphériques » comme on dit.

Déprime cool ?

L’esthétique gothique, morbide, dépressive… trouve un équilibre relâché et presque cool, avec ces éternels gamins, dans une pop inattendue. L’héritage des poètes anglais : Byron, Shelley, Milton, Blake… jouent en fond culturel, même si c’est un amalgame approximatif. Les grands succès sont souvent le fruit de ces rapprochements bizarres. 

Cure a fait son trou, en forme de tombeau, un vieux cliché qui date des Count Five, des Damned ou des Cramps, et de tous leurs enfants vampires mais qui fonctionne encore ?

Cured. Two Imaginary Boys, de Lol Tolhurst. Le Mot et le Reste, 425 pages, 26 euros, 2017

Visuels : (c) DR

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
Musique
Peter Hook and The Light : A Joy Division Celebration @ La Rochelle.
Vendredi 08 avril 2016
Elégie sur Dancefloor @ la Sirène, samedi 30 avril.
Livres
Merci David Bowie !
Lundi 11 janvier 2016
L'avant-garde pop : Bowie l'Empereur.
17
Cinéma
Jeunes Gens Modernes
Lundi 07 décembre 2015
Une histoire parallèle.
Musique
Véronique Vincent & Aksak Maboul @ Bordeaux
Mercredi 04 mars 2015
Back to the future @ I Boat, vendredi 13 mars
Musique
Motorama @ Bordeaux
Lundi 02 février 2015
Cold Classe Cosaque Parfaite @ I Boat, samedi 07 février
2
Livres
New Wave, Cold Wave, No Wave
Mardi 23 septembre 2014
Un livre Nova retrace toute l'ampleur de ce mouvement global.
Musique
D'où vient le nom The Killers ?
Vendredi 22 février 2013
Ou quand le groupe rend hommage au nouvel ordre
Musique
« Livity » : le nouveau Zombie Zombie avant l'album
Lundi 21 août 2017
Ça plane, ça fait peur.
Musique
Thom Yorke, Jonny Greenwood, et des raretés de Radiohead en live
Lundi 21 août 2017
« Faust Arp » et « Follow me Around », morceau jamais sorti à ce jour.
Gonzo
20 ans du Reggae Sun Ska...
Vendredi 18 août 2017
20 ans de bonnes vibes, 3 jours de bonheur et vivement l'année prochaine.......
Musique
 Au Foin de la Rue : Nova en visite en Mayenne
Mardi 01 août 2017
Rencontre avec les artistes colombiens programmés cette année.
1
Musique
Lucas Santtana se met en mode avion
Lundi 31 juillet 2017
Le clip de «  Só o Som » en avant-première.
Musique
La raptor house, le son révolté des ghettos du Venezuela
Jeudi 27 juillet 2017
On a posé quelques questions à l’un de ses fondateurs, DJ Yirvin.
Cinéma
« 24 Hour Party People » : le Manchester 77-97 en images
Mercredi 26 juillet 2017
Arte rediffuse le film culte pendant 48h. Immanquable.
Livres
Pop Philosophie
Vendredi 18 août 2017
Super héros et concepts.
Livres
Mémoires de tatoués
Jeudi 17 août 2017
L'histoire des tatouages de la fin du XIXe au début du XXe siècle.
Livres
Eric Maneval, Retour à la nuit
Mardi 08 août 2017
Et si le tueur recherché par la police et les médias vous avait sauvé la vie dans votre enfance ?
3
Livres
Richard Price, The Whites
Mardi 08 août 2017
The Whites signe le retour au sommet d’un maître du roman noir américain
3
Livres
Robert McLiam Wilson, Eureka Street
Mardi 08 août 2017
Encensé, enchanté, honoré : un livre à ne pas rater
Livres
Science-Fiction Parisienne ?
Mardi 01 août 2017
La France a ses grands noms .
3
Livres
Jane Austen, Orgueil et préjugés
Vendredi 28 juillet 2017
Austen ? « La plus grande femme écrivain que nous ayons.» – Virginia Woolf