ON AIR
Mardi 27 Septembre 2016
En attendant...
En + grand
Gonzo

This is not a love song

Mais le papier qui suit en a tout d'une

This is not a love song

Surfeur du web pressé et avide de data à digérer, sache que si tu trouves cette chronique trop longue, en voilà un rapide résumé : This is not a love song festival c’était vraiment trop super.

Sinon voilà la version longue ET gratuite :

En ce printemps morose que la météo nous impose, certains évènements nous permettent, à nous tristes moldus, se subsister jusqu’à des jours meilleurs. C’est le cas du festival « This is not a love song » (ou #tinals pour les tweetoglottes) qui s’est déroulé du 22 au 25 Mai à Nîmes. Nova y était, représenté par votre humble serviteur.

 

Organisé au Paloma (ci-dessus), bâtiment à l’architecture aussi surprenante que la programmation du festival (mais nous y reviendrons plus tard), cette structure est une scène de musique actuelle (SMAC) créée en septembre 2012. Elle se présente comme un espace dédié au 4e art (alias la musique hein !) ouvert aux groupes de renom comme aux artistes en herbes de la région. Le festival est né d’une collaboration avec Come on People, association nîmoise, organisant des concerts indie-rock dans la cité gallo-romaine.

Et on en revient donc à la programmation. Pour leur 1ère édition, Tinals voulait frapper fort et ce fut chose faite. Le line-up aussi éclectique qu’alléchant témoigne de la passion vouée par les organisateurs à la musique indépendante sous toutes ses formes. Le manque de temps (et peut-être la paresse) m’empêche de vous décrire dans le détail les artistes présents mais personne ne fut oubliée.

Rock, pop, métal, punk, garage, psychédélique, blues, jazz, soul, hip hop, R’n’B, électronique ou expérimental, il y en avait pour tous les goûts. Je vous cite quand même les plus représentatifs : Amon Tobin, Animal Collective (photo), The Breeders, BRNS, Daniel Johnston (photo ci-dessous), Death Grips, Dinosaur Jr, Fauve, Jesse Boykins III, Hanni el Khatib, Jackson & his computer band, Miles Kane, Nick Waterhouse, TNGHT, Savages et beaucoup, beaucoup d’autres…

 

La particularité de ce festival est de proposer une sélection musicale variée, pour ne pas laisser le spectateur indifférent. En alternant malicieusement les concerts entre « grande salle » et « club » le public est obligé de régulièrement se déplacer et finit par découvrir de nouveaux artistes, loin de son style musical habituel. Les lives étant limités à 1h, sans retour envisageable, les musiciens se donne à fond devant une foule pas forcement fan au départ. Mais le talent est au rendez-vous, et la magie opère. Les plus récalcitrants se réfugient au patio, situé entre les deux salles, qui se présente comme un espace détente original avec (surtout) une buvette aux tarifs raisonnables.

L’esprit « culture alternative » se retrouve dans cette volonté de toujours chercher à sortir des sentiers battus même dans le nom du festival : This is not a love song, qui est le titre d’une chanson du groupe Public Image Limited (vous aussi vous le saviez..). Ce choix s’est fait en opposition avec la définition d’un slogan publicitaire classique : court et facile à mémoriser.

En plus, le skate était mis à l’honneur avec une belle mini-rampe installée devant le Paloma, et où des teams sont passés chaque jour, casser un peu plus le module ou à défaut leurs articulations.

 

Bon évidement tout ne pouvait être parfait ; le samedi soir, Fauve, victime de son succès et installé dans la petite salle n’a pas pu jouer devant l’ensemble des fans venus spécialement pour l’occasion. Mais l’équipe est présente et assume. Elle s’explique et cherche des solutions avec les festivaliers. Le groupe avait été programmé en octobre, inconnu à ce moment-là ; et personne ne pouvait prévoir un succès aussi rapide. Pour ma part, leurs péchés sont pardonnés, j’ai pu à défaut écouter leur live, retransmis en direct dans le patio.

En conclusion, This is not a love song festival est une ode à l’été mêlant underground, mélodie et onirisme (et bières) avec un savoir-faire très personnelle. C’est un bol d’air frais dans le paysage des festivals français et tout ce que l’on peut leur souhaiter c’est d’y faire leur trou et de continuer à imposer leur style. 

En tout cas merci à nova pour m’avoir permis de participer à cet évènement. Si vous n’avez pas aimé cet article et ben tant pis, si au contraire vous l’avez adoré, voilà un petit message que vous pouvez copier/coller en commentaire :

« Cet article est génial, le rédacteur est trop fort, continuez à lui filer du boulot ! »

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
Musique
Pourquoi l'été 2016 a vu le dancehall envahir Rap et R'n'B ?
Mercredi 21 septembre 2016
Et comment Toronto a défini cette tendance.
Livres
Homicide, cosplayers et mastodonte : la sélection BD de la rentrée
Mercredi 21 septembre 2016
David Blot vous guide dans sa bibliothèque bédéphile.
Musique
Revivez tous les Nova Soundclash
Mardi 20 septembre 2016
Depuis cet été, on vous affronte et vous êtes très forts.
Société
Nos conseils pour déconnecter
Lundi 19 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Société
Quand les objets nous aident à déconnecter
Lundi 12 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Société
Les maux modernes
Lundi 12 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Société
Où se réfugier pour déconnecter ?
Lundi 12 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Gonzo
Le Dub Camp : festival du dub par excellence
Mercredi 20 juillet 2016
Mais aussi du sound system et sa culture. On vous raconte.
Gonzo
On y était : les 3 éléphants, festival gracieux, c'est promis !
Lundi 30 mai 2016
Ce week-end, la ville de Laval recevait le festival de musique Les 3 éléphants pour trois jours de concerts.
1
Gonzo
C'était la course de désorientation du 12 décembre
Mercredi 13 janvier 2016
Retour sur les étapes du marathon nocturne offert à deux auditeurs de Radio Nova.
Gonzo
Svrf Pvnk Invitational 2015 @ Somewhere dans les Landes....
Vendredi 02 octobre 2015
Beach Party et Wipe Out A Go Go @ Seignosse, vendredi 2 et samedi 3 octobre
Gonzo
J’ai survécu à l’Outlook Festival !
Jeudi 17 septembre 2015
6 jours d’immersion dans le plus british des festivals croates.
Gonzo
On y était : Roskilde Festival, le petit Burning Man du Nord
Mardi 07 juillet 2015
4 jours au sein du plus grand festival de Scandinavie
Gonzo
Stambeli au théâtre de poche du kef tunisie
Vendredi 29 mai 2015
La Voix est Libre - Le Chantier en Tunisie