ON AIR
Jeudi 29 Septembre 2016
En attendant...
En + grand
Livres

Paradis (avant liquidation)

Le nouveau livre de Julien Blanc-Gras, ou Barrage contre le Pacifique 2

Paradis (avant liquidation)

Le gift shop du grand mix vous offre un accès à l'Eden, un paradis discount qui peu à peu se désintègre, englouti jours après jours par le pacifique, un tsunami en slow motion...

Un pays en voie de disparition c'est le conte bien trop réel qu'offre le journaliste qui trotte le globe Julien Blanc-Gras dans son dernier ouvrage  "Paradis (avant liquidation)" aux éditions Le Diable Vauvert. Ici, pas de parabole biblique, plus besoin de métaphores pour fiche la trouille aux enfants qui brûlent à la loupe les ailes de la couche d'ozone, le croque-mitaine des conséquences écologistes existe et il est clairement sorti du placard.

La république Kiribati qui rit pas des masses, est au bout du monde et même au-delà. A peine un point noir sur la peau douteuse de google map. Du temps éclairé où l'on pensait que la terre était plate (Le Texas, il y a quatre ans), l'archipel aurait pu répondre à la fameuse question "Mais qu'est ce qui se passe quand on arrive au bout?". Kiribati c'est un peu le point de chute de ceux qui ont basculé.

Compte tenu de sa géolocalisation récalcitrante et de son histoire, la république Kiribati n'est pas ce qu'on peut appeler un gros pays industriel, pas de production de gaz à effet de serre, vous savez ce machin qui est cul et chemise avec le réchauffement climatique, ce truc qui selon certains n'existe pas. Pourtant cette île océanique, habitée depuis plus de 3000 ans, perdue à l'écart dans l'océan pacifique, va disparaître, pouf, 1ère victime de la montée des eaux et de nos relations conflictuelles avec maman nature. C'est peut-être celui qui l'a dit qui l'est, mais apparemment, ce n'est pas celui qui l'a fait, qui l'a dans l'os le premier.

Ce pays et son slogan publicitaire à l’honnêteté brave : « Kiribati, for travellers, not for tourists », la promesse de son anéantissement, voilà qui vous réveille les jambes et la plume d'un Julien Blanc-Gras déjà auteur de l'excellent "Touriste"(2011). Le voilà parti, tout-là-bas-là-bas, voir, entendre, découvrir ce qu’on ne connaît pas et qui ne sera plus. Un rapport inversé à l'exploration qui d'ordinaire additionne et ici soustrait, et qui dessine au loin un tourisme de la disparition, fredonnant sur la rengaine "Il faut y aller avant que..."

Présenté ainsi, cela pourrait sembler larmoyant, morose, snif, mais laissez-moi immédiatement vous assurer une de ces lectures qui vous rappelle qu’il est possible de rire à hauts éclats dans le métro. 

Présenté ainsi, vous vous demandez à présent pour qui se prend ce rustre occidental qui, armé de sa belle ironie, fait 19000 bornes pour se moquer d'un peuple ancestral. Mais laissez-moi vous promettre une de ces lectures qui soulignent d'un regard juste ou d'une intimité franche, la réalité d'un ailleurs qu'on aime à penser abstrait.

Telle est l’écriture de Julien Blanc-Gras, honnête et romancée, sans condescendance et humaniste, amusée et concernée, objective et sentimentale, et ainsi vont main dans la main, tout au long des 252 pages, les couples d’adjectifs qui s’attirent comme des opposés.

Paradis (avant liquidation), c'est une chronique de voyageur qui ne se regarde pas voyager, c'est le rythme et l'esprit d'un journaliste emmaillotés et baladés dans les mots d’un écrivain à l'humour nécessaire. Un équilibre fragile et remarquable qui ne se fait pas remarquer, seules restent la simplicité et l'évidence des aventures les plus compliquées...

Julien Blanc-Gras, Paradis (avant liquidation), Au Diable Vauvert, sorti le 15 mai, 252 pages, 17 euros. 

Quelques images ici

 

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
Livres
Don Giovanni de Dan Fante
Jeudi 05 juin 2014
Foutez la paix au “ Fils de…”
Livres
L'honneur et l'Argent
Jeudi 10 avril 2014
Fabe? Non, Maupassant...
Livres
Believer n° 5 : les mots et le monde en plus
Lundi 17 mars 2014
Le nouveau et cinquième numéro du Believer de San Francisco est sorti !
Cinéma
The Grand Budapest Hotel c’est drôlement bien
Lundi 03 mars 2014
Chronique du dernier film de Wes Anderson.
Livres
La grève des électeurs (et autres anarchismes) d'Octave Mirbeau
Jeudi 27 février 2014
Ô bon électeur, inexprimable imbécile, pauvre hère...
Société
Les vagues du bonheur dansé
Mardi 25 février 2014
Le clip "Happy" de Pharrell Williams fait des émules - analyse et revue.
Livres
Punk, rock et bande-dessinée
Mercredi 22 janvier 2014
On vous parle d'une histoire du punk rock & new wave mise en case par Derf Backderf.
Musique
Le jour où ils ont voulu assassiner le disco
Mercredi 28 septembre 2016
Documentaire : le 12 juillet 1979 a eu lieu la Disco Demolition Night.
Musique
Pourquoi l'été 2016 a vu le dancehall envahir Rap et R'n'B ?
Mercredi 21 septembre 2016
Et comment Toronto a défini cette tendance.
Livres
Homicide, cosplayers et mastodonte : la sélection BD de la rentrée
Mercredi 21 septembre 2016
David Blot vous guide dans sa bibliothèque bédéphile.
Musique
Revivez tous les Nova Soundclash
Mardi 20 septembre 2016
Depuis cet été, on vous affronte et vous êtes très forts.
Société
Nos conseils pour déconnecter
Lundi 19 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Société
Quand les objets nous aident à déconnecter
Lundi 12 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Société
Les maux modernes
Lundi 12 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Livres
Philippe Vuillemin, critique définitive
Lundi 26 septembre 2016
La B.D. backstage.
Livres
Le mystère Bowie enfin résolu ?
Lundi 26 septembre 2016
Travail et prédation…
Livres
Homicide, cosplayers et mastodonte : la sélection BD de la rentrée
Mercredi 21 septembre 2016
David Blot vous guide dans sa bibliothèque bédéphile.
Livres
NU dans ton bain face à l’abîme…
Mercredi 21 septembre 2016
Après la fin des manifestes et de la littérature !
Livres
Réviser Guy Debord ?
Mercredi 14 septembre 2016
La société de l’après spectacle…
Livres
Lost in Transition ?
Jeudi 01 septembre 2016
Aux arbres citoyens !