ON AIR
Samedi 1 Octobre 2016
En attendant...
En + grand
Gonzo

Mes 14 heures avec Gainsbourg

RKK raconte sa rencontre épique – et éthylique – avec Gainsbarre

Mes 14 heures avec Gainsbourg

C’était quelque part en 1987, j’avais quitté Libération l’année précédente et je naviguais fréquemment au pied du Pain de Sucre. J’étais quelque peu débranché de l’actu discographique hexagonale. Mais quand même, un nouveau Gainsbourg...

“You’re under arrest” (le dernier, mais on ne le savait pas...). Coup de fil de “Paroles et musique”, une revue plutôt “chanson française” qui sortait une nouvelle formule : "tu voudrais écouter le nouveau Gainsbourg chez lui ?" Incroyable, mais en 11 ans de Libé, jamais croisé le bonhomme. Chez lui, en plus...

Pour monsieur, une bouteille de champagne Roderer rosé

Cap sur la rue de Verneuil, avec Philippe Conrath (lui aussi ex-Libé) et le photographe Pierre Terrasson. Je me suis fixé une règle – risquée –, boire exactement comme lui. On sonne, il est 16 heures pile, Serge lui-même nous ouvre. Barbe de 3 jours, mais accueillant, quasi-jovial. On s’installe dans le salon, sur la table des dizaines de bibelots qui ont chacun leur histoire, pas question de poser le magnéto sur la table, il grogne à l’idée de déplacer quoi que ce soit.


On attaque l’écoute, un disque très electro clash new-yorkais (enregistré là-bas comme le précédent), son dru d’époque. Premier triple pastis, “You’re under arrest”, electro funky, puis vientFive easy pisseuses, joke bilingue... Aux enfants de la chance, attaque frontale contre les pourvoyeurs de malheur.
 On écoute sans rien dire, il nous mate, en grille au moins 5 dans l’heure... Presque tendu ! Des titres qui sonnent l’urgence,Shotgun”, “Glass securit, et  une putaing de reprise de Mon légionnaire de Raymond Asso, early succès de Piaf. Scotchant. Deuxième triple pastis... Fin de l’album. 
 
 

Il nous parle de l’inspiration très spéciale des nuits new-yorkaises, de la complicité avec les musiciens, mine de rien, il fait gaffe à chacun de nos gestes. Il est seul à la maison, ce jour-là, ni Bambou ni Lulu, tout bébé à l’époque. Nous raconte que deux jours avant, il a trouvé un mec installé dans son lit. Peut-être un fan... Il a tchatché un moment, pour le jauger, avant de le ramener à la porte. Troisième triple pastis.
 
Il a l’air raccord avec la vie, nous questionne sur la nôtre, visiblement, on l’a rancardé sur nous.

“Bon, les gars, un petit dernier et puis je vous emmène au bar du Raphaël, on fera les photos là-bas”. Quatrième triple pastis, en quatre heures.

 

J’embarque tout le monde dans ma bagnole. Pas d’éthylomètre en vue à huit heures du soir. Dans l’entrée du Raphaël (à deux pas de l’Arc de Triomphe), un flamboyant tableau de Turner. Gainsbourg est familier du lieu, le barman nous sert à nous quatre un cocktail maison (composition inconnue). On attaque la séance photo, il a emmené... une paire de menottes. Normal... “you’re under the arrest”. En ce moment, il se trimballe toujours avec, les sort, les agite intempestivement. Terrasson mitraille.
 Second cocktail maison, ça commence à gargouiller, mais ça tient.

Allez, on va aux flics

“Les mecs, on va pas se quitter comme ça ? Je vous invite à dîner ici”. Il est 22 heures. On passe à table, le restau de l’hôtel est désert. “Un Pommard, ça vous va ?”. Ben... Oui !!!
Il nous questionne sur nos vies, il est carrément volubile. En guise de digestif, il commande un whisky. Là, c’est pas ma came. “Qu’est ce que tu bois, alors ?” - Champ’. “Bon, alors, pour monsieur, une bouteille de champagne Roderer rosé”, commande-t-il.
 

Il s’enquiert de nos vies de couples.“Elles doivent vous attendre, c’est de ma faute”. Il appelle le garçon : “donnez moi trois bouquets de fleurs en plastique qui ornent les tables, emballez-les pour cadeau et mettez-les sur mon compte”. 
Ledit garçon ne semble même pas interloqué. Parfois, Serge s’absente de la conversation, il est dans ses limbes, ça peut durer 10 minutes et puis, pof ! Une phrase ! Il est de nouveau pleinement là.

“Allez, on va aux flics. - Ou ça, Serge ? - Au commissariat Saint Sulpice, là, je suis tranquille, on passe au Drugstore Saint Germain pour ne pas arriver les mains vides”.
Conrath et Terrasson déclinent, ils sont rincés. Moi aussi, mais allons-y !!!
 

Je laisse la moitié du Roderer (un gâchis), j’abandonne là l’auto, un taxi file vers St Germain. Les emplettes ? Un jambon de Parme entier, une bouteille de Get 31 (aïe !) et une autre de Bailey’s, la crème de whisky (re-aïe !).
 

Au passage, il convoque TOUTES les vendeuses (une bonne vingtaine) pour leur offrir à chacune un parfum ! C’est l’effervescence au rayon, ce n’est pas habituel. Il se proclame haut et fort “le dernier grand seigneur pour ses petites pisseuses”. Aucune ne proteste. La note est substantielle !!!

Je suis lessivé mais on continue. Il est 1h30. Dans le taxi, il me glisse, “dis pas que t’étais à Libé, ne parle que de ton journal de musique”. Lucide, le gars ! Il ne veut pas d’embrouilles.

 

Gainsbourg débarque dans le hall du commissariat, son jambon sous le bras, moi, je suis avec le liquide. “Salut les gars”. Personne ne se retourne, et pourtant ça répond en chœur, “Salut Serge !”. Un habitué en somme.
 

On monte au premier, à la cantine. “Tu choisis quoi ?  - hmfff...le Bailey’s”. Sucré et poisseux, horrible. Lui passe de l’un à l’autre, alors moi aussi. Je résiste, enfin, j’essaie. 
Avec les flics qui montent à tour de rôle pour la pause jambon, ça cause de tout et de rien, surtout de rien. Pas besoin de se concentrer sur la conversation, ça tombe bien !

viens, j’emmène la patrouille à la maison écouter mon disque

C’est bientôt l’heure de décamper, la relève va arriver. Pas pressé de dormir, Serge a une nouvelle idée : “viens, j’emmène la patrouille à la maison écouter mon disque. - T’es sûr ?”. La patrouille (deux bagnoles, six flics) stationnent devant chez lui et montent à tour de rôle.
 “You’re under arrest”, ça les fait marrer.

Moi, je n’écoute plus rien, sauf ma tempe qui tape. Alors... “Un whisky ? - Non merci, Serge”. Je rends les armes. Les bleus font retraite, on prend congé. “Content de la balade ?”, me demande Gainsbourg, goguenard.
 

J’habite juste de l’autre côté de la Seine, une patrouille me ramène pin-pon, pin-pon. Me voilà en bas de chez moi, il est 4 heures 15. Et j’ai 4 étages à monter. Je ne me rappelle pas comment je suis arrivé en haut. 
Quand j’ai émergé, on n’était pas loin du surlendemain...

 

Avant de s'enivrer avec Rémy Kolpa Kopoul, Gainsbourg est passé aux aveux (exclusifs), un soir de 1984, face à un certain Jean-François Bizot. 

Au menu, "purée" vitale et service militaire "féodal" !

 

Gainsbourg sur Nova

 

Crédits photos (couverture et corps du texte) : Pierre Terrasson 

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires

1 commentaires

Mythique! On ne se lasse pas de cet interview.

Mythique! On ne se lasse pas de cet interview.

Musique
Apéro Caravane Nova @ Bordeaux
Mercredi 03 août 2016
La Nova team s'installe place Gambetta le temps d'une soirée.
Musique
La Caravane de Nova @ Contis
Mardi 02 août 2016
La Nova Team fera escale au bar la Pibale mercredi à partir de 22h00.
62
#_!!@?\
Le Nova-Pack d'été !
Lundi 01 août 2016
Des tote-bags colorés et autres cadeaux pour que Nova t'accompagne pendant tout l'été.
97
#_!!@?\
Les Nova-Packs de Noël à gagner !
Jeudi 17 décembre 2015
Y'a pas que le Calendrier de l'Avent chez nous.
Arts
Tout ce que vous avez raté à la FIAC
Jeudi 05 novembre 2015
Retour sur la dernière édition
1
Musique
La Nova Tunes 3.2 arrive!
Mardi 18 août 2015
Nouvelle Sélection du Grand Mix Nova pour adoucir votre rentrée.
1
Musique
Hommage à Rémy sur les rives sétoises
Vendredi 31 juillet 2015
Les pieds dans le sable à la Ola.
Musique
Nightmares on Wax vous offre ses premières mixtapes
Vendredi 30 septembre 2016
Revivez les 80s et les 90s de ce DJ unique.
Musique
Le jour où ils ont voulu assassiner le disco
Mercredi 28 septembre 2016
Documentaire : le 12 juillet 1979 a eu lieu la Disco Demolition Night.
Musique
Pourquoi l'été 2016 a vu le dancehall envahir Rap et R'n'B ?
Mercredi 21 septembre 2016
Et comment Toronto a défini cette tendance.
Livres
Homicide, cosplayers et mastodonte : la sélection BD de la rentrée
Mercredi 21 septembre 2016
David Blot vous guide dans sa bibliothèque bédéphile.
Musique
Revivez tous les Nova Soundclash
Mardi 20 septembre 2016
Depuis cet été, on vous affronte et vous êtes très forts.
Société
Nos conseils pour déconnecter
Lundi 19 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Société
Quand les objets nous aident à déconnecter
Lundi 12 septembre 2016
#Unplug : et si vous débranchiez un petit peu ?
Gonzo
Le Dub Camp : festival du dub par excellence
Mercredi 20 juillet 2016
Mais aussi du sound system et sa culture. On vous raconte.
Gonzo
On y était : les 3 éléphants, festival gracieux, c'est promis !
Lundi 30 mai 2016
Ce week-end, la ville de Laval recevait le festival de musique Les 3 éléphants pour trois jours de concerts.
1
Gonzo
C'était la course de désorientation du 12 décembre
Mercredi 13 janvier 2016
Retour sur les étapes du marathon nocturne offert à deux auditeurs de Radio Nova.
Gonzo
Svrf Pvnk Invitational 2015 @ Somewhere dans les Landes....
Vendredi 02 octobre 2015
Beach Party et Wipe Out A Go Go @ Seignosse, vendredi 2 et samedi 3 octobre
Gonzo
J’ai survécu à l’Outlook Festival !
Jeudi 17 septembre 2015
6 jours d’immersion dans le plus british des festivals croates.
Gonzo
On y était : Roskilde Festival, le petit Burning Man du Nord
Mardi 07 juillet 2015
4 jours au sein du plus grand festival de Scandinavie
Gonzo
Stambeli au théâtre de poche du kef tunisie
Vendredi 29 mai 2015
La Voix est Libre - Le Chantier en Tunisie