ON AIR
Jeudi 5 Mai 2016
On t'a dans la peau.
En + grand
Gonzo

Art & Communisme au Mozambique

Une balade artistique dans la capitale Maputo, criblée d'ardeur communiste

Art & Communisme au Mozambique
Depuis quelques mois maintenant, et pour une année en tout, Margaux sillonne l'Afrique sub-saharienne du Nord au Sud à la rencontre de l'art contemporain du Continent Noir. Celui que nos préjugés et le marché nous cachent, ou hierarchisent injustement, plutôt.
Quand elle s'arrête, elle raconte ses aventures, ses rencontres sur un blog trotteur à faire pâlir Nicolas Bouvier : Les Belles Personnes. Aujourd'hui, elle a décidé d'envoyer une carte postale du Mozambique à Nova.

 

Je me retrouve à l'angle des avenues Mao Tsé Tung et Julius Nyerere. J'éviterai aujourd'hui les rues Robert Mugabe et Ahmed Sékou Touré, j'ai trouvé l'autre jour que ça faisait un peu beaucoup. Je prendrai plutôt l'avenue Vladimir Lénine jusqu'à la place de l'indépendance, c'est plus historiquement tranquille.

Se balader dans Maputo, la capitale du Mozambique, c'est se prendre une drôle de claque communiste. Ancienne colonie portugaise, devenu indépendant en 1975, immédiatement tombé dans le communisme et dans une interminable guerre civile, le Mozambique n'a pas peur des étranges mélanges. Voire des mélanges étranges.

 

Au milieu d'avenues bien droites aux sonorités URSS, une architecture improbable : d'immenses immeubles typiquement seventies, tous rectangulaires et pourris à l'extérieur mais souvent très beaux à l'intérieur, de vieilles maisons coloniales plus ou moins bien restaurées, aux extraordinaires mosaïques bleues, ambiance Lisbonne, de grands immeubles de bureaux flambant neufs, des bâtiments blancs dessinés par l'architecte José Forjaz qui ressemblent à des paquebots du Cinquième Élément et une cathédrale blanche qui pourrait être un hôpital tellement son architecture est chirurgicale.

Sur la place de l'indépendance, je m'arrête devant le Centre Culturel Franco Mozambicain, que tout le monde ici appelle le Franco, histoire d'avoir un peu d'auto-dérision sur la faucille et le marteau. Le Franco, donc, est installé dans une grande et belle maison comme on aimait en faire au temps des colonies. Y ont exposé une grande partie des artistes qui comptent au Mozambique. Il n'y a pas beaucoup – voire pas du tout – de galeries commerciales à Maputo, alors les artistes doivent se montrer ailleurs et pour ça, passer par le Franco, ça aide.

Dans un couloir, un tas d'armes lourdes soudées forment un fauteuil, ou un trône, comme son auteur dirait. Je m'assois et me prends pour une reine, direct. Ironie de Gonçalo Mabunda qui transforme les armes de la guerre civile, patiemment récupérées par une ONG après la signature du traité de paix en 1992, en trônes et en masques dits africains. Puissance explosive, puissance hypothétique. C'est la mode, à Maputo, les œuvres d'art en munitions et autres AK47, comme ce fusil d'assaut représentéle drapeau du pays (!).

Sur l'avenida Karl Marx – décidément – Gonçalo Mabunda m'ouvre la porte de son appartement qui est un peu plus qu'un appartement. Et il me tend une bière 2M, car on ne rigole pas avec l'apéro au Mozambique. Je me balade entre ses sculptures, les photos de son grand pote Mauro Pinto et des œuvres d'artistes qu'ils aiment. Dans la cour, l'atelier de métal de Gonçalo Mabunda. A l'étage, des œuvres sur tous les murs. Et dans une chambre, six photos de Mauro Pinto, scènes de vie en noir et blanc, jamais posées, toujours prises dans la rue, toujours comme des clins d’œil amusés.

Regardez aussi le portfolio d'un autre artiste exposé au Franco : Mario Macilau.

Il y a beaucoup de photographes au Mozambique. Beaucoup de vidéastes aussi. On aime l'image ici. On a l'habitude de regarder ce qu'elle ne montre pas, contrairement à la plupart des pays d'Afrique de l'Est. Pourquoi ? Parce que le communisme bien sûr.

Maria-Elisa Chim, programmatrice culturelle du fameux Franco pendant 18 ans, m'explique que le régime communiste, comme tout bon régime communiste, a utilisé l'image pendant des années pour étaler sa propagande et que c'est resté. Quoi de mieux qu'une affiche très rouge placardée dans les rues de Maputo ou qu'un bon vieux film projeté dans les villages les plus reculés du pays, avec toute la puissance des camarades dedans ? Ça familiarise à l'image, à ses dessous, aux façons de la lire.  

Il y a peu de photographes en Afrique de l'Est et ils avouent souvent devoir passer par le photojournalisme pour se faire une place. Au Mozambique, rien de tout ça. Être photographe, c'est être photographe. Après tout, l'artiste mozambicain le plus célèbre dans le pays et ailleurs est probablement le photographe Ricardo Rangel, star nationale décédée en 2009.

Alors que je cherche un café sur l'avenida Hô Chi Minh, les musiciens préparent la nuit à Maputo.

 

Toutes les étapes de la traversée artistique du continent sur Les Belles Personnes

 

 

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires
Arts
En direct du Prix Sciences Po pour l'Art Contemporain
Mercredi 27 avril 2016
Réécoutez notre émission spéciale consacrée notamment à la performance !
Arts
Le shazam de l'art
Vendredi 22 avril 2016
Magnus identifie, répertorie et vous donne le prix de 8 millions d'oeuvres d'art.
Arts
Les belles entropies de Camille Grandval
Jeudi 14 avril 2016
La ligne, les fils, les vagues : l'oeuvre de la plasticienne s'expose à la galerie Lou & Loo.
Arts
Votre collection psyché d'avions en papier
Mardi 12 avril 2016
Grands enfants et jeunes adultes : voici pour vous.
1
Arts
Exposition Perceptions @ Créteil
Vendredi 08 avril 2016
Samedi 16 et dimanche 17 avril dans le cadre du festival Exit à la MAC.
2
Arts
Revivez toute votre vie sur Facebook
Vendredi 08 avril 2016
Un projet artistique compile et met en forme votre existence virtuelle.
Arts
Exposition Perceptions @ Paris
Jeudi 07 avril 2016
Dans le cadre du festival Exit à la MAC de Créteil.
Livres
Procol Harum : marin, fantôme, dandys et vieux rhum
Mercredi 04 mai 2016
A la découverte d'un groupe écrasé par son titre au succès planétaire.
Société
Le guide Nova de Tokyo
Vendredi 29 avril 2016
Le meilleur de la semaine japonaise de la Nouvelle Internationale
35
Cinéma
TRACKS :  UNE FEMME DANS LE DESERT.
Mercredi 27 avril 2016
Loin d’un film carte postale, une traversée en solitaire du bush australien devient un splendide portrait de femme en quête d’elle-même.
58
Livres
J'ai lu l'Aimant, oeuvre magnétique de Richard Gaitet
Mardi 26 avril 2016
Un livre à manger sous une couette-cabane
1
Musique
C'était Radio Prince
Mardi 26 avril 2016
Avec De La Soul, Osunlade, Carl Craig, NIk Cohn, Yael Naim & David Donatien, Raphael Saadiq, Cassius, Questlove, Sébastien Tellier, etc.
2
Cinéma
Le film le plus long de l'histoire va sortir
Lundi 25 avril 2016
Et voici sa bande-annonce, un plan fixe de 7 heures et 20 minutes.
1
Musique
Pourquoi où je vis de Shurik'n est un classique ?
Lundi 18 avril 2016
Le premier solo de Shu s'offre une réédition, l'occasion de redécouvrir ce classique. Vinyle Club et Nova vous font gagner le 33 tours.
1
Gonzo
C'était la course de désorientation du 12 décembre
Mercredi 13 janvier 2016
Retour sur les étapes du marathon nocturne offert à deux auditeurs de Radio Nova.
Gonzo
Svrf Pvnk Invitational 2015 @ Somewhere dans les Landes....
Vendredi 02 octobre 2015
Beach Party et Wipe Out A Go Go @ Seignosse, vendredi 2 et samedi 3 octobre
Gonzo
J’ai survécu à l’Outlook Festival !
Jeudi 17 septembre 2015
6 jours d’immersion dans le plus british des festivals croates.
Gonzo
On y était : Roskilde Festival, le petit Burning Man du Nord
Mardi 07 juillet 2015
4 jours au sein du plus grand festival de Scandinavie
Gonzo
Stambeli au théâtre de poche du kef tunisie
Vendredi 29 mai 2015
La Voix est Libre - Le Chantier en Tunisie
Gonzo
H&M Loves Music, un avant-goût des Nuits Sonores
Mercredi 27 mai 2015
“Nos nuits sonores, quant à elles, sont plus belles que vos jours !”