ON AIR
Samedi 25 Octobre 2014
Petits pas synchronisés qu'on a répété à dix
En + grand
#_!!@?\

Crocky le crocodile a mal aux dents

Une critique littéraire armée jusqu'aux dents

Crocky le crocodile a mal aux dents

Lorsqu'on se balade dans le classement des meilleures ventes des livres 3-6 ans (je fais ce que je veux) d’un célèbre hypermarché culturel - appelons-le la Fmac -, et qu’on passe en revue ce classement jusqu’aux soixantièmes places (j’avais le temps, ça va), un truc saute aux yeux.

Le  72ème livre pour enfant le plus vendu interpelle. Crocky le crocodile a mal aux dents. Plus que l’absurdité même du titre – qui sera le sujet de cette analyse littéraire -, ce sont les critiques dithyrambiques qui éveillent les soupçons. De concert, 100% des Français ont mis 5 étoiles. 

Parmi les deux Français interrogés, la critique Lilidubois47 de Rambouillet ne mâche pas ses mots : « Les illustrations sont très belles et l'histoire est rigolote. » Carrément.

Des vivats unanimes trop beaux pour être vrais. Alors histoire d’en avoir le cœur net, commande est faite, livraison offerte, et après une grosse semaine de lecture (certains passages sont compliqués), c’est l’heure de la sentence. Critique coup de poing.

 

Dès la première double page, le livre fait le choix du ridicule comme d’autres feraient celui du conte ou encore de la fable.

Première phrase, situation initiale : Crocky Ledur est une vraie « star »  (L'écrivain met des guillemets pour pas qu’on puisse confondre avec l’autre sens du mot « star »).

La rhétorique déballée pour nous convaincre que Crocky est une « star » ce sont pas les mots, le fond, mais bien le dessin. Veste en cuir, lunettes de soleil, il a le look, croco, il est bath. Dans cette approche formaliste, il ne lui manque que les bottes en croco, mais ça aurait été un peu bâtard pour sa race.

Et après, c’est le pompon, un engrenage d’absurdités syntaxiques, stylistiques et narratives. Question narration, l’auteur ne fait pas dans la maroquinerie de précision, c’est du travail de sagouin. Ça commence par l’exagération « Tous les animaux de la jungle se rassemblent pour l’écouter ». En les comptant à droite, Tous les animaux de la jungle sont donc quatre. Et tiens-toi bien Darwin, ils tiennent debout.

Il y a aussi le matos de Crocky. Ce micro sans aucun câble XLR ni amplificateur, ce qui peut vouloir dire deux choses : Crocky l’escroc fait du play-back ou bien l’auteur du bouquin prend ses lecteurs pour des buses. 

Et surtout le problème c’est qu’on a notre héros mais aucun décor planté, aucun cadre spatio-temporel pour situer l’action. Où est-on ? On sait juste qu’on est quelque part dans du grand n’importe quoi, mais à part ça, rien de précis.
En faisant des recherches sur tout ce qui est Internet tout ça, on constate que le seul endroit où peuvent cohabiter les protagonistes du premier chapitre (un éléphant, un rhinocéros noir, une girafe, un zèbre et notre croco) c’est l’Afrique australe, et plus particulièrement le Parc national Limpopo entre le Mozambique et l’Afrique du Sud (ou alors Crocky est en tournée en Europe et Tous les animaux de la jungle l’ont suivi, mais ça m’étonne parce que ces espèces ne migrent pas des masses, fussent-elles fans de rock).
 
Donc nous sommes au Mozambique ce qui veut dire que notre Crocodylidae est un Crocodylus niloticus plus connu sous le nom de Crocodile du Nil. Mais ça bien sûr, l’auteur se garde bien de nous le dire.

Oui parce que cette précision naturaliste a son importance. Direction la page 8. Dans le tas de groupies idiotes qui viennent lui offrir « des bonbons et du chocolat, friandises dont il raffole » il y a une hippopotame ado particulièrement débile. Eh grosse bécasse, dans la chaîne alimentaire, l’hippo fait partie des proies préférées du crocodile du Nil  (et du Français), beaucoup plus que les « bonbons ». Mais qu'elle est con celle-là. C’est comme si Natascha Kampusch apportait des fleurs à Émile Louis.

La faute va tout de même à l’auteur brouillon et ses approximations sans aucune zoo-logique.

 

Et voilà doucement le thème principal et les enjeux du roman qui se profilent en filigrane derrière les confiseries : la dentisterie.

Faisons un flashback, scène précédente, nous sommes dans la salle de bain du personnage principal. P. 7, on apprend, je cite : « Crocky oublie une chose importante : se laver les dents  ». Importante, surtout quand on sait qu’il raffole de bonbons.

Et vlan, Crocky se chope une drôle de carie. Peut-être le twist scénaristique le plus prévisible de la littérature contemporaine. La fatalité du lien de cause à effet dans la gradation  je mange des bonbons > je ne me lave pas le dents > j’ai une carie range définitivement l’œuvre au rayon dramaturgie poubelle.

Ainsi vous l’aurez compris, cette lésion de l’émail (de l’esprit ?) est l’élément déclencheur du récit (appuyant au passage son insignifiance). Et l’aventure de basculer dans le registre tragique. C’est la fin des haricots.

Là l’auteur déballe le topos de la tragédie : le destin dramatique du héros, la peur, gna gna. L’heure pour les péripéties du schéma narratif de commencer.

Rendez vous page 11, c’est peut-être la clef de voûte de l’oeuvre. Crocky qui avait jusqu’ici quelque chose en lui de Tennessee se retrouve dans un État proche de l’Ohio. « j’ai dû ouvrir trop grand la bouche en chantant dans mon bain ce matin ». Tout rockeur qu’il soit, il ne mâche pas ses maux. Le lecteur voit le danger, il sait que c’est une carie, le personnage, lui, ne le sait pas encore, la narration externe est rondement menée. Un point de vue narratif se rapprochant des mécanismes d’épouvante, genre Carrie. 

 

Crocky, à qui on la fait pas, a cette idée lumineuse « Je vais mettre un gros pansement sur ma joue, et tout ira beaucoup mieux, j’en suis certain » (p11, ligne 7). 
Première nouvelle : on parle français au Mozambique, n'importe quoi (encore une aberration soulignant le manque de recherche préalable de l’auteur).
Deuxième nouvelle (et subtile induction de Walcker) : Bah oui t’as raison gros bêta, un pansement sur ta joue ça va tout arranger. On comprend dans cette page 11 décidément fondatrice que le conflit principal de Crocky, l’obstacle principal de son accomplissement (soigner sa dent), ne sera pas extérieur mais bien intérieur. C’est contre lui-même, sa déficience, son cerveau reptilien atrophié, qu’il va devoir lutter.
 

La quête du héros commence dans cette histoire au suspense lymphatique jusqu’à la rencontre avec l'élément de résolution, vous ne devinerez jamais, un dentiste.

L’homme de la situation, le docteur Dendur (comme par hasard) est un singe (et il porte un rassurant collier de dents). Or tout le monde sait que s’il existe un animal plus efficace pour soigner les dents du crocodile du Nil c’est l’oiseau Pluvian fluviatile.

 

La trame mise à part, Crocky le crocodile a mal aux dents est truffé d’aberrances dans le fond et le style. Sur le style Walcker jonche son oeuvre de truismes au ras des pâquerettes (« Il peine à retenir ses larmes. De vraies grosses larmes de crocodile… » p. 17, si attendu).

Mais c’est surtout sur le fond que le roman de Walcker ne tient pas debout. Déjà, depuis quand les problèmes de chicots des rockeurs sont dus au manque d’hygiène bucco-dentaire ? Regardez ce fameux rockeur Pete Doherty ci-dessous. Il a certes comme son confrère Crocky un sérieux problème de dents, le sourire tout-à-l’égout des rock-stars, mais pourtant (image de droite, suivre la flèche rouge), il se lave les dents.

Car les problèmes d’incisives, de canines et autres molaires des « stars » n’ont qu’un seul et même coupable : la drogue. Mais ça bien sûr, on le cache aux rejetons « de 3 à 6 ans ». Donc en gros c’est quoi le message ? Allez-y prenez du speed mais de grâce, attention aux bonbons. Ou pire, l'air de dire allez y les ptis chats, mangez des bonbons, no problemo, on a des dentistes pour ça. Dieu les prothèse. La portée didactique sans foi ni loi engage la responsabilité d'un auteur qui ment comme un arracheur de dents.

Deuxième mensonge (tabou ?) : c’est impossible que les animaux contractent des caries. Regardez ces animaux, celui-ci, lui, mais aussi lui ou encore celui-là, ils ont les dents blanches. Les caries ne sont causées que par le régime alimentaire de l’homme. Le seul moyen pour un croco d’attraper une carie serait alors de dévorer un homme.

Ici Walcker ferait évidemment référence à la nouvelle Le Crocodile de Dostoïevski ou le personnage Ivan Matvéïtch se fait avaler par le reptile. Mais il y a fort à parier que trop pas, vu le fossé entre la plume de Crocky et celle Dostoïevski.

 

Plus que la portée anti-pédagogique de l'ouvrage, la question que doit donc se poser l'analyste littéraire pour finir c'est celle de l'utilité du lavage de dent. N'est ce pas un seul et même lobby dentaire qui nous vend les bonbons et les soins bucco-dentaires ? Et ce livre pour nenfant...

Ce n'est peut-être pas le Watergate ni le Chevalgate, mais c'est au moins le Colgate.

 

Relisez aussi

L'analyse de Marion et Simon les Chatons

La critique au vitriol de La Provision de bisous de Zou

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires

3 commentaires

Trop drôle je me suis vraiment marrée... Un grand merci à toi. J'adore le style de ton exégèse : une bonne dose d'humour et bon un zeste de subtilité littéraire...

Trop drôle je me suis vraiment marrée... Un grand merci à toi. J'adore le style de ton exégèse : une bonne dose d'humour et bon un zeste de subtilité littéraire...

"C’est comme si Natascha Kampusch apportait des fleurs à Émile Louis."

et le coup de Will Smith...

Cher Giulio Callegari... Tu me vends du rêve ce soir !

Merci d'être toi !

"C’est comme si Natascha Kampusch apportait des fleurs à Émile Louis."

et le coup de Will Smith...

Cher Giulio Callegari... Tu me vends du rêve ce soir !

Merci d'être toi !

super une fois de +... par contre, je me permettrais de rajouter la + grosse anerie de cette histoire c'est qu'on ne trouve pas ces animaux dans la jungle... mais plutot en savane. Et je rajouterais, dois-t-on voir une metaphore plus que douteuse entre les admiratrices et leurs sucreries et les groupies pretent aux gateries pour leur rockstars?

super une fois de +... par contre, je me permettrais de rajouter la + grosse anerie de cette histoire c'est qu'on ne trouve pas ces animaux dans la jungle... mais plutot en savane. Et je rajouterais, dois-t-on voir une metaphore plus que... Lire la suite

5
#_!!@?\
Marion et Simon les Chatons
Mardi 23 avril 2013
Retour sur une critique littéraire au vitriol
4
#_!!@?\
La provision de bisous de Zou
Mardi 23 octobre 2012
Une critique littéraire au vitriol
#_!!@?\
L'Europe en skate
Vendredi 24 octobre 2014
Une série de vidéos offre l'Europe à voir par le prisme du skate.
Société
Au coeur des Bains Douches dans les 90's
Jeudi 23 octobre 2014
L'ère Guetta et sa jet-set en galerie.
Cinéma
LILI ROSE
Mercredi 22 octobre 2014
Un road-movie à trois réinvente l'art de la fugue. Roule ma poule...
Livres
Hopper fouettard
Mercredi 22 octobre 2014
L'histoire d'un agité dans le bocal américana
1
Musique
Dj Vadim présente un mix voyage dans la musique d'A Tribe Called Quest
Mercredi 22 octobre 2014
45 minutes au coeur du son du groupe légendaire.
Musique
Les échecs et le rap game
Mercredi 22 octobre 2014
Pourquoi et comment les échecs sont devenus un jeu badass.
Musique
Le Clip de la Semaine #45 : Todd Terje
Mardi 21 octobre 2014
Le producteur norvégien jongle avec les symboles pop.
#_!!@?\
L'Europe en skate
Vendredi 24 octobre 2014
Une série de vidéos offre l'Europe à voir par le prisme du skate.
1
#_!!@?\
Les messages à caractère pornographique
Mercredi 15 octobre 2014
Le programme culte "Message à caractère informatif" va connaître une version porno-rigolo.
#_!!@?\
Google Street View dans le désert
Vendredi 10 octobre 2014
La vidéo du jour : découvrez comment les caméras de Street View se déplacent.
#_!!@?\
Plongez-vous dans la Grande Guerre martienne de 1913-1917
Mercredi 08 octobre 2014
Quand histoire et science fiction se rencontrent...
#_!!@?\
Des dollars détournés par la pop-culture
Lundi 06 octobre 2014
Un artiste s'approprie des billets pour les détourner en symboles pop.
#_!!@?\
Le bureau de nos rêves
Vendredi 26 septembre 2014
Tous les jours, à 6h, ce bureau disparaît pour empêcher ses employés de travailler trop tard.
#_!!@?\
Quand la nature reprend ses droits
Jeudi 25 septembre 2014
Galerie sur l'éphémère des constructions humaines.